In Celebration of

Evelyne Marleau Rodrigue

January 9, 1927 -  August 7, 2018

À Vaudreuil-Dorion, le 7 août 2018, à l'âge de 91 ans, est décédée Madame Evelyne Marleau Rodrigue, épouse de feu Albert Rodrigue.
Elle laisse dans le deuil ses enfants Linda (Jean), Jean-Yves (Nicole), Sylvie (Steve) et Daniel (Ninon); ses petits-enfants Brigitte, Simon, Francis, Guillaume, Vincent, Liane, Erika, Marie-Joële, Patrick, Geneviève et Natasha ainsi que Sylviane, fille de Suzanne Rivest, conjointe de feu Richard Rodrigue (fils d’Evelyne).

La famille invite la grande famille des Marleau et celle des Rodrigue, ainsi que les nombreux amis à venir célébrer la vie d’Evelyne le samedi 18 août 2018 de 13h à 17h au Complexe Belvédère 22025 Route Transcanadienne, Senneville, Qc, H9X 3L7, 514 457-4440.

La famille recevra les condoléances au Complexe de 13h à 14h30 et la célébration de la vie d’Evelyne suivra à 14h30 dans la chapelle. Un léger goûter sera servi jusqu’à 17h afin d’échanger les nombreux souvenirs que nous garderons de notre chère Evelyne.

La famille tient à remercier le personnel du CLSC de Vaudreuil-Dorion pour son soutien et les bons soins prodigués à notre mère.

Guestbook 

(5 of 64)


Linda Rodrigue (Fille cadette)

Entered August 8, 2018 from Sainte-Anne-De-Bellevue

Chère maman,
Tu nous as appris la plus belle chose de la vie, être heureux, avoir confiance en nous. Tu as toujours été présente dans nos vies. Tu as été notre coach de vie, toujours prête à nous supporter dans nos projets, toujours positive!

Nos enfants ont été choyés d'avoir une grand-mère aussi dévouée et présente que toi. Combien de châteaux en légo as-tu montés, combien de petites voitures as-tu faites roulées à travers un monde imaginaire que seule toi et nos enfants étaient invités, combien de balançoires as-tu poussées et de chansons que tu leur as chantées. Quand on me dit que je te ressemble, c'est tout un honneur pour moi.

Je te souhaite d^être heureuse avec ton beau Albert, quelque part sur une nuage où il fait toujours beau!
Je t'aime inconditionnellement, ta fille, ta cadette, Linda xoxo

Daniel Rodrigue (2ième fils)

Entered August 9, 2018 from Beaconsfield

Merci Maman pour l’exemple que tu nous as laissé de dévouement et de dédication à ton mari, tes enfants et petits-enfants, de même que pour tes activités de travail à l’extérieur.

Ta joie de vivre a toujours été contagieuse et, à 91 ans, tu étais toujours « jeune de cœur » avec le sourire facile, une chanson prête et une blague constamment en réserve. Tu as cherché tout au long de ta vie à voir le côté « solutions » des choses versus celui des difficultés, et je t’en suis reconnaissant.

Dans notre jeunesse, tu luttais avec nous les garçons et cherchais à nous plaquer contre la porte du réfrigérateur. Nous savions que nous avions passé une étape le jour ou c’était à notre tour de retourner la situation, et que finalement c’est toi qui avait le dos contre celui-ci, et cela te faisait rire et te réjouissait. Tu venais également d’accomplir indirectement un de tes buts. La vie présente requiert une bonne dose de combattivité, sans agression envers les autres mais plutôt un désir de travailler sans dévier pour atteindre ses buts, merci pour cette éducation.

Finalement, merci également pour ton esprit d’analyse, de mesure et de sagesse. Nombre de fois, tu nous as interloqué par tes commentaires justes, à point, sur de nombreux sujets. Repose-toi bien, tu l’as pleinement mérité et j’espère te revoir en temps opportun.

Andrée et Peter Webster (Nièce de chère tante Evelyne et fille de Rolande)

Entered August 9, 2018 from 121 water Street West, Unit 406, Cornwall On. K6J 5T8

Merci tante Evelyne pour ta grande générosité que tu avais envers les autres;
elle était bien précieuse pour toutes les personnes qui ont eu la chance de te connaitre. Chers cousins et cousines c'est un chagrin bien difficile à surmonter de perdre sa maman. Cependant lorsque la peine s'atténuera, son souvenir restera vivant en nous et c'est ce qui doit nous réconforter.
Permettez-nous de vous présenter nos plus sincères condoléances.
Andrée et Peter.

Simon Pinsonneault (Petit fils ( fils de Linda))

Entered August 10, 2018 from Sainte-Anne-De-Bellevue

Ma grand-mère était non seulement une femme vive d'esprit, elle était remplie d'humanité. Son humilité faisait d'elle une femme aimée par toute sa famille et plus particulièrement par ses 3 petits-enfants de Beaconsfield. Nous allions toujours jouer à quelque chose chez elle, peu importe les conditions météo, elle nous amenait au parc au moins une fois par jour, car elle adorait nous voir nous amuser.

Grand-maman a été une figure d'autorité sur nous, car elle habitait avec nous,, mais nous n'en avions aucune idée parce qu'elle était toujours de" notre côté". Par exemple, j'allais toujours regarder les parties du Canadien chez elle dans son appartement, car je savais qu,'elle allait convaincre ma mère que je pouvais finir de regarder la partie bien après mon heure de coucher raisonnable.

Comme une vraie enseignante de la vie, elle m'a enseigné à faire du vélo à deux roues à l'âge de 2 ans, elle m'a montré comment être généreux et respectueux envers les autres et elle m'a transmis sa volonté à faire rire les gens. Elle était mon amie, ma confidente et ma source de savoir.

Grand-maman, je t'aime,
You are my sunshine...
Ton petit Simon d'amour

Nicole (Belle -fille ( épouse de Jean-Yves))

Entered August 11, 2018 from Senneville

Quelle chance, j ‘ai eu d avoir une belle- maman comme Evelyne !
Toujours accueillante , à l’ écoute, généreuse et enjouée !
Elle m ‘a bien fait rire avec ses farces inattendues..
Entre autre, elle se faisait un plaisir de nous appeler le premier avril et de nous faire tenir la ...ligne ...... un petit bout avant de nous demander si nous avions attrapé un poisson ....
Je me rappelle une autre fois , être arrivée chez elle avec les enfants ,,elle tenait absolument à accrocher elle -même les manteaux dans la garde -robe.
Elle en est ressortie en disant qu ‘ elle avait mal à la tête tout à coup.....
Vincent ( mon fils de 9 ans à l’ époque ) s ‘ était écrié :”Grand - maman t ‘ as un clou qui sort de ta tête !!!! “
Ahahah! Elle s’ était mis un genre de clou ( une passe avec un clou qui traverse ...déguisement dHalloween ) .....On a tellement ri !!!
D ailleurs elle a gardé ce clou jusquà ses 90 ans et le ressortait de temps en temps pour faire rire la compagnie .....
Ah Évelyne ! De beaux souvenirs !
Je t aime Nicole xxx

Life Stories 

(1 of 1)


Notre belle Evelyne 

Entered August 10, 2018

Le périple d’Évelyne Marleau Rodrigue commence le 9 janvier 1927.
Evelyne est la 10e enfant de la famille Rose Trottier – Wilfrid Marleau, la cadette de sept filles et trois garçons. Deux garçons s’ajouteront à cette famille.

Notre mère était la dernière survivante de la grande famille, les voici : Henri-Paul, né en 1909; Lucille, née en 1911; Rollande, née en 1913; Dolores, née en 1914; Thérèse, née en 1918; Gérard, né en 1919; Claire, née en 1920; Gisèle, née en 1922; Roger, né en 1924; Evelyne, née en 1927; Raymond, né en 1929 et Jean-Guy, né en 1931.

Dans cette famille, Evelyne apprend très tôt les valeurs d’une famille soudée serrée où l’entraide fait partie du quotidien. C’est également une famille unie par la musique, le chant, la danse et le rire. Evelyne adore toutes ces activités qu’elle pratiquera naturellement toute sa vie.

Cependant, faire partie des plus jeunes de la famille n’est pas chose facile au début des années 30 et présente plusieurs défis. Evelyne apprendra de ces défis. Au départ, il y a la Grande Dépression de 1929, dont les effets se feront sentir pendant plusieurs années. Ce contexte rend la vie, qui n’était pas facile au départ, encore plus difficile. De plus, lorsque les aînés mangent à la maison, souvent et probablement sans qu’ils ne s’en rendent compte, il ne reste plus beaucoup de nourriture pour les plus jeunes. Evelyne souffrira de cela et gardera longtemps l’impression qu’elle reste sur sa faim. Par bonheur, lorsque l’adolescence arrive, une tante religieuse au couvent de Vaudreuil exerce son influence et permet à Evelyne d’être pensionnaire au couvent, sans que cela ne coûte un sous. Elle sera pensionnaire et poursuivra ses études jusqu’en 9e ou 10e année. Mais son plus grand bonheur au pensionnat est qu’elle peut enfin manger à sa faim ….et elle ne s’en privera pas!

Evelyne est aussi une femme « moderne », elle le sera toute sa vie. Très jeune, elle apprend à jouer au hockey comme les garçons chaussant même des patins de garçon, inédit à l’époque. Un jour, la glace de la rivière où elle patinait et jouait au hockey brise. Notre mère tombe dans l’eau de la rivière et se demande bien comment elle se sortira de là. Par bonheur, un bosquet n’est pas très loin, et elle réussit à s’agripper à quelques branches et à se hisser hors de l’eau … notre mère n’a jamais eu peur de se mouiller.

Le temps passe et c’est maintenant la fin de la seconde guerre mondiale. Evelyne a 18 ans au printemps 1945 et elle participe pleinement comme les jeunes de son âge aux activités de la victoire. Dans les années qui suivent, c’est l’engouement pour la musique et les chanteurs de l’époque : Frank Sinatra, Bing Crosby, les « Big Bands », Edith Piaf, … de même que pour les nouvelles danses principalement américaines, le « rock & roll », le « fox trot » et les « slows» – naturellement! Evelyne adore danser, et c’est à cette époque qu’elle rencontrera un grand et bel homme de St-Clet, Albert Rodrigue. Le mariage aura lieu en août ou septembre 1948. Par la suite viendront cinq enfants et plusieurs petits-enfants, mais tout cela, vous le savez déjà.

Photos 

(5 of 84)